Votre imprimeur se dévoile!

Quand il est temps de se mettre à nu, l’équipe de Précigrafik ne recule devant rien. Nous faisons preuve d’une transparence exemplaire et sommes enthousiastes à l’idée de partager nos procédés en matière d’engagement écoresponsable.

Vous êtes plusieurs à nous demander de démontrer nos pratiques concernant nos certifications, des explications quant à nos encres végétales ou encore à remettre en question nos façons d’emballer vos imprimés lors de la livraison. On adore ça ! Ça signifie que nos clients, en plus d’être les meilleurs, sont des citoyens consciencieux de l’environnement et qu’ils nous poussent à nous surpasser. C’est ce qu’on appelle la démarche écoresponsable.

 

Voici quelques réponses à vos questions les plus fréquentes: 

 

EST-CE QUE TOUTES VOS ENCRES SONT À SOLVANT VÉGÉTAL ?

NON. Quelques-uns de nos équipements fonctionnent avec de l’encre PANTONE (PMS). Bien que soumise aux mêmes lois pour l’environnement que tous les produits vendus au Canada, celle-ci ne provient pas de source végétale. PANTONE mise sur l’intensité des pigments et sur la qualité de leurs encres plutôt que sur leurs caractéristiques écologiques. Par contre, il existe une alternative. Nous pouvons convertir en process (CMJN) pour vous les couleurs de votre entreprise afin qu’elles soient le plus fidèles possible aux couleurs PANTONE et ainsi pouvoir s’imprimer sur nos équipements qui utilisent de l’encre à solvant végétal. Tout dépend de vos spécifications, de vos quantités et de la sorte de papier bien sûr. Ce n’est pas fantastique ça!

 

EST-CE QUE LES VERNIS QUE VOUS UTILISEZ SONT ÉCOLOGIQUES?

OUI. Les vernis à séchage UV que nous utilisons, que ce soit pour le vernis mat ou le vernis lustré (gloss), sont à base d’huile de lin. L’huile de lin est un oxydant naturel qui nécessite moins de siccatif pour un résultat de séchage supérieur. L’utilisation de l’huile de lin exclut l’utilisation de composés dérivés du pétrole. Ces vernis sont d’ailleurs facilement désencrables afin d’améliorer le recyclage du papier. De plus, ils sont conçus pour fonctionner avec des substituts d’alcool à faible C.O.V. (composés organiques volatils).1

 

SI MON IMPRIMÉ EST LAMINÉ, PUIS-JE LE METTRE AU RECYCLAGE ?

OUI et NON. Si votre imprimé est laminé d’un seul côté, il peut être recyclé sans problème. Par contre, si votre imprimé est laminé des deux côtés (recto verso), la feuille de papier se retrouve alors prise entre deux pellicules de plastique, ce qui rend son recyclage impossible. Il doit donc être déposé à la poubelle si c’est le cas. Par contre, afin de protéger votre imprimé, vous pouvez remplacer le laminage par un vernis UV. Celui-ci est recyclable même lorsqu’il est utilisé sur les deux côtés (recto verso). Une autre façon de limiter l’utilisation du laminage est de réduire la quantité d’encre imprimée sur la feuille. Parce que le visuel est plus épuré, il devient donc moins fragile aux égratignures. Vous pouvez télécharger notre guide de l’écoencrage afin de vous aider à réaliser cette étape. Encore une fois, tout dépend du produit et de l’utilisation que vous souhaitez en faire.

 

LE COROPLAST, ÇA SE RECYCLE ?

OUI, mais attention. Le coroplast, ou polypropylène ondulé, est un matériel d’impression grand format souvent utilisé pour de l’affichage intérieur ou extérieur. Lorsque celui-ci est en fin de vie, il ne suffit pas de le déposer dans le bac à recyclage. Il faut aller le porter dans l’un des points de dépôt inscrit sur cette liste (source: Recyc-Québec). Une bonne façon de donner une deuxième vie à votre coroplast est de nous le retourner pour que l’on imprime au verso.  De plus, une petite correction, comme une date ou un prix, peut aussi être faite sans avoir à refaire le coroplast en entier. Nous pouvons simplement imprimer la partie dont vous avez besoin sur un vinyle autocollant que vous pourrez apposer à l’endroit souhaité. En plus de sauver des coûts, ce sont les meilleures options afin de réutiliser votre coroplast au fil des ans.

 

POURQUOI EMBALLEZ-VOUS MES IMPRIMÉS DANS DE LA PELLICULE PLASTIQUE ?

Pour 2 raisons :

  1. Pour les protéger durant le transport. Nous savons qu’une livraison par la poste peut causer son lot de dommages sur un imprimé en papier. Ce média est sensible aux variations de température et d’humidité. C’est pourquoi nous redoublons d’efforts afin que celui-ci vous soit rendu dans le même état dans lequel il a quitté notre usine.
  2. Pour faciliter leur distribution. Lorsque les imprimés sont séparés en paquets emballés, il est plus facile pour vous de les redistribuer parmi vos représentants par exemple, ou de les entreposer sans qu’ils prennent la poussière. Vous pouvez ainsi spécifier, lors de votre commande, en combien de lots vous désirez les séparer. De plus, sachez que nous réutilisons tout l’excédant de plastique employé lors de l’emballage pour le remplissage des boites qui contiennent une petite commande (boite avec du vide). D’ailleurs, tout le plastique qui se trouve dans votre boite est recyclable. Voici la bonne manière de le recycler. 

 

En terminant, si vous avez d’autres questions sur nos pratiques, n’hésitez surtout pas à les poser à l’un de nos membres de l’équipe. Si nous n’avons pas la réponse instantanément, nous remuerons ciel et terre pour vous la trouver. C’est la moindre des choses pour vous cher client. 😘

 

Sources :

1- http://www.theprintinginkcompany.ca/sustainability 

read more
Laurie LetendreVotre imprimeur se dévoile!

Pourquoi l’écoencrage?

L’écoencrage: en avez-vous déjà entendu parler?

Notre équipe s’est donné l’objectif d’en devenir les experts! L’écoencrage vise à réduire la couverture d’encre lors de la conception graphique. Ainsi, il s’agit d’une pratique écoresponsable qui permet d’améliorer le bilan environnemental d’un imprimé. 

Concrètement, en quoi l’écoencrage est une pratique écoresponsable?

  1. elle permet de réduire l’utilisation des ressources non renouvelables

Réduisant les quantités d’encre utilisées, cette pratique minimise sensiblement l’utilisation de ressources non renouvelables (pigments minéraux, solvants et autres produits issus de la chimie). En effet, l’encre est en partie constituée de matériaux non renouvelables que l’on retrouve dans ses différents composants :

  • Les pigments ou matière colorante;
  • Le véhicule ou liant, qui va permettre de transporter et de fixer l’encre sur le support;
  • Les adjuvants, utilisés pour améliorer les caractéristiques de l’encre, pour faciliter le séchage ou permettre une meilleure résistance aux frottements par exemple.

2. elle permet de réduire les consommations en intrants et énergie lors du désencrage

Le désencrage est une étape du recyclage des papiers imprimés. Il permet d’enlever les encres dans le processus de recyclage pour assurer la blancheur du nouveau papier créé. En diminuant les quantités d’encres utilisées, l’écoencrage permet de réduire les consommations de produits chimiques et d’énergie lors de cette étape incontournable du recyclage pour retirer les encres de la matière. Les papiers ayant une couverture d’encre moindre permettent de simplifier ces traitements et de diminuer les déchets produits lors de cette étape.

Comment appliquer l’écoencrage?

1. CHOISIR DES TYPOGRAPHIES PLUS MINCES LORS DE LA CONCEPTION.

 

 

 

 

2. TRAVAILLER EN INVERSÉ

Lorsqu’un design se présente sous forme d’aplat de couleur avec de l’écriture blanche dessus, nous pouvons pensez à inverser ses couleurs. Exemple : laisser le fond blanc et mettre le texte en couleur.

 

 

 

 

3. AJOUTER DE LA GRAISSE OU AGRANDIR LE TEXTE, DE SORTE QU’IL Y AI PLUS DE BLANC DANS LE VISUEL.

 

 

 

 

4. CHOISIR DES IMAGES PLUS PÂLES QUI NÉCESSITENT MOINS DE COUVERTURE D’ENCRE.

 

 

 

 

 

5. AJOUTER DES FORMES EN TRANSPARENCE SOUS CERTAINS TEXTES.

En plus d’améliorer la lisibilité, le taux d’encrage est diminué. Exemple : instructions, valeurs nutritives, liste d’ingrédients, etc.

 

 

 

 

6. SUPPRESSION DU FOND DE COULEUR POUR LES EMBALLAGES.

Exemple : faces qui se retrouvent sous le produit et qui sont moins visible.

 

 

 

 

 

7. ENLEVER LA COULEUR SUR LES RABATS D’UN EMBALLAGE ET DIMINUER LA SURFACE DE FOND PERDU.

 

 

 

 

 

8. CHOISIR DES FONDS DE COULEURS PÂLES OU BLANC. AJOUTER DU BLANC AUX TEXTURES ET/OU MOTIFS.

 

 

 

 

9. CADRER LES IMAGES PLUS PETITES EN LAISSANT DES ESPACES BLANCS TOUT LE TOUR, DE SORTE DE NE PAS DÉPASSER DANS LE FOND PERDU.

 

 

 

 

10. RÉDUIRE LES GRAISSES DES TYPOGRAPHIES DANS LES PARAGRAPHES COURANTS.

 

 

 

 

À vous de jouer, les graphistes! Oui, vos décisions peuvent avoir un impact positif sur l’environnement.

Téléchargez le guide complet ici ! 

Bonne conception!

read more
adminPourquoi l’écoencrage?

Le mystère du bleed

Au moment où vous lui parlez de votre projet, il arrive souvent que votre imprimeur vous demande si votre document à imprimer est bleed. Si vous faites partie de ceux et celles qui se disent: « si mon document est quoi?« , cet article vous permettra de répondre à votre imprimeur en toute connaissance de cause.

Le terme bleed (on utilise également « marge perdue » ou « fond perdu ») signifie que votre montage graphique est réalisé de sorte qu’à la coupe du document, l’image atteindra les rebords de la feuille. Par opposition, un document conçu sans bleed ou « marge perdue », aura un contour blanc une fois imprimé.

Techniquement, il est important que l’image que vous souhaitez voir jusqu’aux rebords de votre imprimé dépasse d’au minimum 1/8 pouce à l’extérieur des marques de coupe.

Par exemple, si vous avez un document à imprimer qui doit être de dimensions 8.5 x 11 pouces une fois coupé, mais que l’image dessus ne doit pas atteindre les rebords, alors il n’est pas nécessaire d’ajouter du bleed à votre document. Vous pouvez prévoir le montage graphique au format de 8.5 x 11 tout simplement et il y aura une marge tout autour. Toutefois, si ce même document a une image de fond qui va jusqu’aux rebords du document ou simplement qu’il y a de l’encre qui touche aux rebords en partie, alors il doit être conçu ainsi : l’image doit dépasser de 1/8 pouces à l’extérieur des marques de coupe placées sur le 8.5 x 11, donc l’image fera au total 8.75 x 11.25 pouces.

Que votre imprimé soit bleed ou non, il est important de faire attention à ne pas positionner de texte, de logo, de numéros ou autres très près des marques de coupe. La coupe, aussi précise qu’elle puisse l’être, peut varier légèrement d’une feuille à l’autre. Ainsi, si le texte est trop près de la marque de coupe, il est risqué de le couper. Gardez donc en tête la marge de sécurité positionnée à 1/8 pouce des marques de coupe.

Retenez aussi que si votre document est bleed, il est important de le mentionner au moment de soumission. Voilà le mystère du bleed élucidé, une fois pour toutes!

 

Encore des questions ? Contactez-nous ! 

read more
adminLe mystère du bleed

L’impression de vos chèques d’entreprise: évitez bien des soucis

Savez-vous d’où proviennent vos chèques d’entreprise?

Outre les économies que vous ferez, commander vos chèques directement d’un imprimeur accrédité par Paiements Canada, vous accordera surtout une paix d’esprit et ça, ça n’a pas de prix.

Qu’est-ce que l’autoaccréditation des imprimeurs de chèques?

Paiements Canada (anciennement nommé Association canadienne des paiements) recommande vivement aux organisations qui impriment eux-mêmes leurs chèques ou commandent d’une imprimerie commerciale de soumettre des échantillons de préproduction à une institution financière pour une vérification de routine avant de les utiliser, et ce, pour s’assurer que les institutions les accepteront.

Les chèques produits par un imprimeur autoaccrédité sont exemptés de l’exigence de la vérification de routine selon la norme 006 par une institution financière ou le groupe qu’elle désigne.

Pour plus amples détails au sujet de l’impression de chèques d’entreprise, de l’autoaccréditation et de notre papier sécuritaire, communiquez avec nous!

read more
adminL’impression de vos chèques d’entreprise: évitez bien des soucis